En tant que jeune papa, on m'a toujours dit que je devais garder précieusement les souvenirs de mes premières fois : le premier vêtement, les premiers sourires, la première dent, les premiers pas, les premiers baisers, la première nuit avec Clara Morgane, etc. Hier, ce fût donc ma première fois avec Oll... et j'ai eu mal...

 

Jeff m'a donné rendez-vous chez Oll (le taulier du blog Imagifig) pour une initiation à Kings of War de chez Mantic. Jeff avait sorti son armée impériale de ses boites et Oll une armée de bestioles à peaux vertes : gobelins, orcs, trolls et autres joyeusetés comme un géant et un tricératops. Quant à moi, je suis presque venu les mains dans les poches : je fournissais un ravitaillement des troupes spécialement sélectionné pour l'occasion : cuvée de trolls, bière du château et Waterloo pour la fin...

Jeff et moi avons partagés les troupes d'humains : cavalerie, artillerie, piquiers ainsi que quelques sorciers et héros dont un, monté sur pégase. Une armée splendide et haute en couleur.

 

Une fois les troupes installées, Oll ouvre les hostilités. Les premiers jets de dés mettent tout de suite les choses au point : ce sera une belle boucherie !!! Avec sa toute première attaque, un lancement de gobelin gonflé aux champignons de Paris qui explose sur une troupe de cavalerie lourde. Celle-ci est décimée complètement alors qu'ils n'avaient même pas encore eu l'occasion de s'essayer un petit trot sur le terrain. Toute une troupe entière de gros balaizes en armure, déglinguée par un seul gobelin farci aux champignons... Vive le spore qu'ils disaient...

De notre côté, le premier round est plutôt médiocre, nos arquebusiers, arbalétriers et artilleurs font feu de toutes les bouches, vomissant des torrents de plombs sur les armées vertes sans faire le moindre dégât. Je suis sûr qu'ils devaient avoir un gobelin vert nommé Yoda qui pipait les dés. Côté dés, on a effectivement eu une répartition des jets de dés qui, globalement, était statistiquement correcte. Mais à y regarder de plus près, les jets de 1, 2 et 3 étaient plutôt pour Jeff et moi et les jets des 4, 5, 6 plutôt pour Oll.

2016-02-19 16

Le 2° round arrive et on continue à se faire massacrer par les peaux vertes. Sur le flanc droit, je perds mon 2° régiment de cavalerie d'éclaireurs à mousquets, Tandis que le tricératops et le géant arrivent au contact de nos troupes au centre de la table. Les baffes pleuvent mais les vaillantes troupes de Jeff résistent. Sur le flanc gauche, des trolls verts, mais pas très écolos, déboisent la forêt pour nous attaquer. Heureusement, ils ne sont pas très discrets.

2016-02-19 17

Au 3° round, sur le flanc droit c'est le grand vide, Oll avance car il a déjà fait le grand nettoyage. Au centre, les grosses bestioles de Oll nous défoncent encore une unité. Il est vrai que les mandales du géant nous balayent nos fantassins par bottes de 12. Et sur le flanc gauche, ça se chamaille dans les bosquets avec un char blindé de goblins, un char orc, un héro troll, une troupe de trolls enragés, des squigs, tout ça contre un canon, une cavalerie et quelques fantassins de Jeff qui résistent vaillamment.

Bilan du round : encore quelques unités en moins chez nous et quelques minuscules égratignures chez Oll. La partie a commencé déjà depuis 1h-1h30 et ça semble déjà fort mal barré pour l'Empire. Et Oll qui rajoute que les tours suivant devraient aller un peu plus vite, vu le nombre de troupes restantes.... On rit jaune... enfin plutôt vert...

2016-02-19 17

2016-02-19 17

Le 4° tour se déroule effectivement un peu plus vite et les impériaux restants commencent à marquer des points, probablement motivés par la trouille... Les troupes d'élites de Jeff nous ramènent la tête du triceratops au bout d'un pieu. Et sur le flanc gauche, Jeff nous a préparé une fricassée de squigs sauce mandale. Par contre, nos canons sont de véritables tanches car aucun tir n'a même effleuré ne fût ce qu'un poil de nos ennemis.

Au 5° tour, la bataille fait rage. Galvanisés par ses réussites, les troupes d'élites de Jeff arrivent à faire tomber le géant. Sur le flanc gauche, les derniers fantassins arrivent à détruire l'escouade de trolls dans les bois, avant de tomber eux-mêmes sous les coups du héros troll. De mon côté, il ne me reste plus qu'une escouade qui va tomber sous les coups d'une troupes d'orcs et ma grande bannière, le héraut est lui aussi engagé dans la bataille et distribue des coups de trompettes à tout va. Il arrive même à blesser le shaman gobelin : la trompette était en heavy metal? Par contre, nos généraux tombent les uns après les autres. Et nos foutus canons, eux, tirent toujours à blanc.

Le 6° tour, c'est l'hallali. Les peaux vertes font le nettoyage dans les bois sur notre gauche. Nos flancs gauches et droits sont complètement décimés. Nos derniers héros se font laminer. La dernière troupe de simples fantassins se fait littéralement hachés en copeaux en étant attaquée de tous les côtés. A la fin du tour, il ne nous reste plus qu'un magicien à cheval et notre garde impériale qui a survécu sans se rendre. Du côté des verts, la victoire est totale. Cette bataille fût notre Waterloo.... Pas sûr que les impériaux reviennent rapidement sur les champs de batailles...

 

Alors, pour le jeu Kings of War, contrairement à un Warhammer où on joue figurine contre figurine, ici, on joue unités contre unités. C'est comme ça qu'on s'est fait gicler une escouade complète de chevaliers lourds par un bête gob. Mais ça veut dire aussi que ce jeu n'est pas une course à la figurine et donc, qu'on peut se créer des unités avec quelques figurines.

Au niveau de la mécanique de jeu, le système est très simple à maîtriser : un jet de dés pour le nombre d'attaques réussies, un coup pour le nombre de dégâts et un jet de l'adversaire ajustés selon les points de dégâts pour voir si son unité est morte ou pas. Ensuite, ces jets de dés sont ajustés selon les caractéristiques des différentes troupes, des bonus ou malus. Donc, les règles sont simples, faciles et rapides à maîtriser.

 

En tous cas, un tout grand merci à Jeff et Oll pour cet excellent après-midi !!!